Amour sur les murs

Le pouvoir des mots

Qu’en est-il des mots que l’on ingurgite et dont on se nourrit aujourd’hui ?

🍽

Je crois au pouvoir des mots. Sur notre humeur, nos émotions, notre comportement, notre capacité de création et je crois même jusqu’à notre structure cellulaire.

Dans leur livre Words can change your brain, Newberg et Waldman décrivent que les mots négatifs activent des alarmes dans le cerveaux et inhibent partiellement les centres de la logique et du raisonnement, exactement comme le ferait une situation de danger.

Car le cerveau ne fait pas de différence entre l’expérience vécue et l’imaginaire. Les réactions de productions hormonales seront donc identiques. Les mots dits « négatifs » vont activer l’activité cérébrale de la peur (amygdale) et générer les hormones du stress (cortisol et adrénaline), allant même jusqu’à bloquer certains neurochimiques aidant à lutter contre le stress. 

Qu’en est-il des mots que l’on ingurgite et dont on se nourrit aujourd’hui ? 

Cela fait maintenant plus d’un an que nous baignons dans le champ lexical de la peur, de la mort, de la guerre, du danger et d’une insidieuse culpabilité. 

 Freud disait :

Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose. . 

Un langage positif et optimiste active l’activité du lobe frontal qui se connecte directement au cortex moteur responsable du passage à l’action. Notre raisonnement cognitif augmente et notre façon de percevoir la réalité est modifiée durablement par la transformation même de la structure du Thalamus. 

Un défi de taille se pose alors à nous aujourd’hui : retrouver de la magie dans les mots de notre quotidien, de nos vies, de nos histoires, pour activer positivement les zones de notre cerveau et apporter un climat plus favorable à notre épanouissement

La première étape serait de prendre conscience au quotidien des mots que l’on prononce et ceux que l’on consomme. 

Nous pouvons alors ensuite, sans nier la réalité du contexte, créer un vocabulaire et un  plus apaisé et optimiste, nous permettant de passer à l’action de manière équilibrée et alignée.

Manon

Source : Enquête par Catherine Dupont, psychotérapeute dans Open Mind, Août/Septembre 2021

vous pourriez aussi aimer

No Comments

Post A Comment